-= We are the Crowd Surfers =-
eSM
Kaviar Mastah
Lapsus Van de Zloot
Tony Gump
Tranxenne
ZhorTroX

*..Thèmes..*
Civilization
Cyberpunk
Guerre
Histoire d'en rire
Informatique
Japon
Jeux vidéo
Joie de vivre
Kim Jong-Il
Kulturbook
Kulturfilm
Kulturzik
Réflexion flash
Starcraft

.:Links:.
LE NOUVEAU MUR DE LAINE DE BRIQUES
Les Champis de Tranx
Tentatives
Tranxenne's writing
Gigdoggy
Saikosoft
Le Republicoin

..:.La f0sse.:..

La grande reouverture de la f0sse! Ecrivez ce qui vous pouet par la tete.




#Stay informed#
BBC News
Financial Times
Le Monde
The Economist
The Onion

#Keep thinking#
Arte.tv
Ted

Locations of visitors to this page
= Archives =
10 avril 2010
3 avril 2010
27 mars 2010
20 mars 2010
13 mars 2010
6 mars 2010
27 février 2010
20 février 2010
13 février 2010
6 février 2010
30 janvier 2010
23 janvier 2010
16 janvier 2010
9 janvier 2010
2 janvier 2010
26 décembre 2009
19 décembre 2009
12 décembre 2009
5 décembre 2009
28 novembre 2009
21 novembre 2009
14 novembre 2009
7 novembre 2009
30 octobre 2009
23 octobre 2009
16 octobre 2009
9 octobre 2009
2 octobre 2009
25 septembre 2009
18 septembre 2009
11 septembre 2009
4 septembre 2009
28 août 2009
21 août 2009
14 août 2009
7 août 2009
31 juillet 2009
24 juillet 2009
17 juillet 2009
10 juillet 2009
3 juillet 2009
26 juin 2009
19 juin 2009
12 juin 2009
5 juin 2009
29 mai 2009
22 mai 2009
15 mai 2009
8 mai 2009
1 mai 2009
24 avril 2009
17 avril 2009
10 avril 2009
3 avril 2009
27 mars 2009
20 mars 2009
13 mars 2009
6 mars 2009
27 février 2009
20 février 2009
13 février 2009
6 février 2009
30 janvier 2009
23 janvier 2009
16 janvier 2009
9 janvier 2009
2 janvier 2009
26 décembre 2008
19 décembre 2008
12 décembre 2008
5 décembre 2008
28 novembre 2008
21 novembre 2008
14 novembre 2008
7 novembre 2008
31 octobre 2008
24 octobre 2008
17 octobre 2008
10 octobre 2008
3 octobre 2008
26 septembre 2008
19 septembre 2008
12 septembre 2008
5 septembre 2008
29 août 2008
22 août 2008
15 août 2008
8 août 2008
1er août 2008
25 juillet 2008
18 juillet 2008
11 juillet 2008
4 juillet 2008
27 juin 2008
20 juin 2008
13 juin 2008
6 juin 2008
30 mai 2008
23 mai 2008
16 mai 2008
9 mai 2008
2 mai 2008
25 avril 2008
18 avril 2008
11 avril 2008
4 avril 2008
28 mars 2008
21 mars 2008
14 mars 2008
7 mars 2008
29 février 2008
22 février 2008
15 février 2008
8 février 2008
1 février 2008
25 janvier 2008
18 janvier 2008
11 janvier 2008
4 janvier 2008
28 décembre 2007
21 décembre 2007
14 décembre 2007
7 décembre 2007
30 novembre 2007
23 novembre 2007
16 novembre 2007
9 novembre 2007
2 novembre 2007
26 octobre 2007
19 octobre 2007
12 octobre 2007
5 octobre 2007
28 septembre 2007
21 septembre 2007
14 septembre 2007
7 septembre 2007
31 août 2007
24 août 2007
17 août 2007
10 août 2007
3 août 2007
27 juillet 2007
20 juillet 2007
13 juillet 2007
6 juillet 2007
29 juin 2007
22 juin 2007
15 juin 2007
8 juin 2007
1 juin 2007
25 mai 2007
18 mai 2007
11 mai 2007
4 mai 2007
27 avril 2007
20 avril 2007
13 avril 2007
6 avril 2007
2 mars 2007
23 mars 2007
16 mars 2007
9 mars 2007
2 mars 2007
23 février 2007
16 février 2007
9 février 2007
2 février 2007
25 janvier 2007
18 janvier 2007
11 janvier 2007
4 janvier 2007
28 décembre 2006
21 décembre 2006
14 décembre 2006
7 décembre 2006
30 novembre 2006
23 novembre 2006
16 novembre 2006
9 novembre 2006
2 novembre 2006
26 octobre 2006
19 octobre 2006
12 octobre 2006
5 octobre 2006
28 septembre 2006
21 septembre 2006
14 septembre 2006
7 septembre 2006
31 août 2006
24 août 2006
17 août 2006
10 août 2006
3 août 2006
27 juillet 2006
20 juillet 2006
13 juillet 2006
6 juillet 2006
29 juin 2006
22 juin 2006
15 juin 2006
8 juin 2006
1 juin 2006
25 mai 2006
18 mai 2006
11 mai 2006
4 mai 2006
27 avril 2006
20 avril 2006
13 avril 2006
6 avril 2006
30 mars 2006
23 mars 2006
16 mars 2006
9 mars 2006
2 mars 2006
23 février 2006
16 février 2006
9 février 2006
2 février 2006
25 janvier 2006
18 janvier 2006
11 janvier 2006
4 janvier 2006
28 décembre 2005
21 décembre 2005
14 décembre 2005
7 décembre 2005
30 novembre 2005
23 novembre 2005
16 novembre 2005
9 novembre 2005
2 novembre 2005
26 octobre 2005
19 octobre 2005
12 octobre 2005
5 octobre 2005
28 septembre 2005
21 septembre 2005
14 septembre 2005
7 septembre 2005
31 août 2005
24 août 2005
17 août 2005
10 août 2005
3 août 2005
27 juillet 2005
20 juillet 2005
13 juillet 2005
6 juillet 2005
29 juin 2005
22 juin 2005
15 juin 2005
8 juin 2005
1 juin 2005
25 mai 2005
18 mai 2005
11 mai 2005
4 mai 2005
27 avril 2005
20 avril 2005
13 avril 2005
6 avril 2005
30 mars 2005
23 mars 2005
16 mars 2005
9 mars 2005
2 mars 2005
23 février 2005
16 février 2005
9 février 2005
2 février 2005
25 janvier 2005
18 janvier 2005
11 janvier 2005
4 janvier 2005
28 décembre 2004
21 décembre 2004
14 décembre 2004
7 décembre 2004
30 novembre 2004
23 novembre 2004
16 novembre 2004
9 novembre 2004
2 novembre 2004
26 octobre 2004
19 octobre 2004
12 octobre 2004
5 octobre 2004
28 septembre 2004
21 septembre 2004
14 septembre 2004
7 septembre 2004
31 août 2004
24 août 2004
17 août 2004
10 août 2004
3 août 2004
27 juillet 2004
20 juillet 2004
13 juillet 2004
6 juillet 2004
29 juin 2004
22 juin 2004
15 juin 2004
8 juin 2004
1 juin 2004
25 mai 2004
18 mai 2004
11 mai 2004
4 mai 2004
27 avril 2004
20 avril 2004
13 avril 2004
6 avril 2004
30 mars 2004
23 mars 2004
16 mars 2004
9 mars 2004
2 mars 2004
24 février 2004
17 février 2004
10 février 2004
3 février 2004
26 janvier 2004
19 janvier 2004
12 janvier 2004
5 janvier 2004
29 décembre 2003
22 décembre 2003
15 décembre 2003
8 décembre 2003
1 décembre 2003
24 novembre 2003
17 novembre 2003
10 novembre 2003
3 novembre 2003
27 octobre 2003
20 octobre 2003
13 octobre 2003
6 octobre 2003
29 septembre 2003
22 septembre 2003
15 septembre 2003
8 septembre 2003
1 septembre 2003
25 août 2003
18 août 2003
11 août 2003
4 août 2003
28 juillet 2003
21 juillet 2003
14 juillet 2003
7 juillet 2003
30 juin 2003
23 juin 2003
16 juin 2003
9 juin 2003
2 juin 2003
26 mai 2003
19 mai 2003
12 mai 2003
5 mai 2003
28 avril 2003
21 avril 2003
14 avril 2003
7 avril 2003
31 mars 2003
24 mars 2003
17 mars 2003
10 mars 2003
3 mars 2003
24 février 2003
17 février 2003
3 février 2003
26 janvier 2003
19 janvier 2003
12 janvier 2003
05 janvier 2003
29 décembre 2002
22 décembre 2002
15 décembre 2002
8 décembre 2002
1 décembre 2002
24 novembre 2002
17 novembre 2002
10 novembre 2002
3 novembre 2002
27 octobre 2002
20 octobre 2002
13 octobre 2002
6 octobre 2002
30 septembre 2002
27 septembre 2002
20 septembre 2002
13 septembre 2002
6 septembre 2002
30 août 2002
23 août 2002
16 août 2002
9 août 2002
2 août 2002
25 juillet 2002

un mur, de la laine et des briques. --coz information doesnt give a fuck --  

Le mur de laine de briques


Home Archives Contact

Monday, March 15, 2004 :::
 

Where is the loathe?


I feel like I wanna smack somebody
Turn around and bitch slap somebody
But I ain't goin' out bro (no, no, no)
I ain't givin' into it (no, no, no)
Anxieties bash my mind in
Terrorizing my soul like Bin Laden
But I ain't fallin' down bro (no, no, no)
I won't lose control bro (no, no, no)
Shackle and chained
My soul feels stained
I can't explain got an ich on my brain
Lately my whole aim is to maintain
And regain control of my mainframe
My bloods boiling its beatin' out propaine
My train of thoughts more like a runaway train
I'm in a fast car drivin' in a fast lane
In the rain and I'm might just hydroplaine

I don't fear none of my enemies
And I don't fear bullets from oozies
I've been dealing with something thats worse than these
That'll make you fall to your knees and thats the
The anxiety the sane and the insane rivalry
Paranoias brought me to my knees
Lord please please please
Take away my anxiety
The sane and the insane rivalry
Paranoias brought me to my knees
Lord please please please
Take away my anxiety

My head keeps running away my brother
The only thing making me stay my brother
But I won't give into it bro (no, no, no)
Gotta get myself back now
God, I can't let my mind be
Tell my enemy is my own
Gots to find my inner wealth
Gots to hold up my thoughts
I can't get caught (no, no, no)
I can't give into it now (no, no, no)
Emotions are trapped set on lock
Got my brain stuck goin through the motions
Only I know what's up
I'm filled up with pain
Tryin' to gain my sanity
Everywhere I turn its a dead end infront of me
With nowhere to go gotta shake this anxiety
Got me feelin' strange paranoia took over me
And its weighin' me down
And I can't run any longer, yo
Knees to the ground

I don't fear none of my enemies
And I don't fear bullets from oozies
I've been dealing with something thats worse than these
That'll make you fall to your knees and thats the
The anxiety the sane and the insane rivalry
Paranoias brought me to my knees
Lord please please please
Take away my anxiety
The sane and the insane rivalry
Paranoias brought me to my knees
Lord please please please
Take away my anxiety

(Black Eyed Peas - Anxiety)

Labels:



::: posted by Tranxenne at 4:34 PM (0) comments


 

Magnolia


written and directed by
paul thomas anderson




Jack, un mec qui sort des slogans comme "Respect the cock". Son bouquin c'est "Seduce and Destroy".



C'est elle qui sort le plus de fois le mot fuck dans tout le film.



Respect the cocaine.



Donnie Smith, ancien crack de What do kids know?, qui a eu l'honneur de se prendre une eclaire dans la gueule.



Et si je mourrais, là maintenant ?



A cop and a black kid. "Watch the mouth!"



Partly cloudy, 82% chance of rain.

Labels:



::: posted by Lapsus van de Zloot at 2:24 PM (0) comments


 

LES GUIDE ROUGE DU KABAB EN SUEDE


::: posted by Kaviar at 12:00 PM (0) comments


 



::: posted by Kaviar at 11:55 AM (0) comments


 

POUR LA REABILITATION D UN GRAND HOMME....


::: posted by Kaviar at 11:51 AM (0) comments


Sunday, March 14, 2004 :::
 



::: posted by Kaviar at 10:49 PM (0) comments


 

ADOLF DA SPORTS MAN


::: posted by Kaviar at 4:11 PM (0) comments


 




::: posted by Lapsus van de Zloot at 2:57 PM (1) comments


 

Bust, Outkast feat. Killer Mike

feat. Killer Mike)

[Intro:] Ghosts and goblins run amock
In the caverns of rhine
Slinging petty corruption
The seventh sign!

[Hook:] Yeah!!!!
Give to you and I do what it takes!
To give it to you!
Bust, Bust!

[Big Boi:] Step into the realms os space where nobody goes
Only the baddest motherfuckas are the ones that are chose!
Some of the coolest individuals on the planet we said
Best believe that we can buck or give a damn if we cared!
No collision supervision but my family is here
Now my mama taught my niggaz that was under the stairs
One of those who chauffeured life and then was unprepared
But my hunger is the thought that no wonder it can't be smothered
Or buttered up, buttercup, melt your sauce
You a Chucky Cheese bouncer chumpin' off the boss
What I'm trying to tell you now is that you're softer that soft
And I'm sick as a cough, did I mention it's raw?
Your predicaments flaw
Flaw means fucked up and serving out the oven not fried, slow roast
No coast, tuck your tail and hide!
You scared?

[Hook]

[Killer Mike:] I officially do it with duns on tour
We lock down traps, push caps galore
My wiz cook work `til it scale like fish
My old earth even known to handle biz
I serve whipped, out of whips, whip out cash
Usually keep a G packed under the dash
Try to test my gangsta, I bring harm
I'm as slick as Freeway Rick and Nicholas Barnes
My uptown Nikes hold caps and cheddar
My waistline hold a 4-pound Baretta
I'll shoe lace your face just to learn you better
My ox so sharp it cut through leather
My rap name Killer, my street name Skunk
I mastered the music that was born in the BRonx!
I switch my slang spit from my mouth
I'm still all coast, my coust the South!!!

[Hook]


::: posted by Lapsus van de Zloot at 2:46 PM (0) comments


Saturday, March 13, 2004 :::
 




http://www.b0g.org/wsnm/uploads/roflcopter3.gif


::: posted by Lapsus van de Zloot at 4:01 PM (0) comments


 

J'ai l'air de quoi avec ma cheville?



Tristan Wyatt
AGE 21; FRANKTOWN, COLORADO
Machine gunner in the Army's 3rd Armored Cavalry Regiment. Lost his leg on August 25, 2003, during a firefight near Fallujah.



I was in the back of an armored personnel carrier. We got hit by a rocket-propelled grenade. It was a shitty day, to say the least. I just kept shooting. I thought I was dead anyway.

I've had to relearn everything from standing up to walking. I'd been snowboarding for close to eight years before I got hit, and I'm just hoping to be able to do it again.

I want to go back to the military. I want my old job back. I was infantry. We blew things up. I felt like my heart was in the right place over there.

The damage done

Labels:



::: posted by Tranxenne at 3:34 PM (0) comments


Friday, March 12, 2004 :::
 

Stay in bed


Vous vous rappelez dans seven, Victor le junki, pris en photos tous les jours pendant un an?
Il y a mieux:


« Pour appréhender le temps, il faut prendre la mort comme réelle dimension de la vie. L’existence de l’être n’est pas plénitude, mais un état où il manque quelque chose : l’être est défini par la mort qui lui manque. »
Roman Opalka



Les arts plastiques, moins que d'autres créations, exprimaient jusqu'à maintenant la problématique du temps, pour la raison évidente que, comme toutes les activités manuelles, ils se matérialisaient par leur objet où s'imprime une trace créant l'image du temps que chaque tableau, chaque sculpture, chaque forme artistique porte en elle et par elle-même, consciemment ou non.

"Je voulais manifester le temps,
son changement dans la durée,
celui que montre la nature,
mais d'une manière propre à l'homme,
sujet conscient de sa présence
définie par la mort :
émotion de la vie dans la durée irréversible." .....


Roman Opalka : OPALKA 1965 / 1 - ¥


Le signe inscrit la vie dans le temps. Nous rendons-nous compte combien les signes, les chiffres et les nombres en particulier, comptent dans notre vie. Date de naissance, date de décès, quelques dates de parcours… Un jour de 1965, alors qu’il a 34 ans, Roman Opalka met le chiffre Un en haut à gauche d’une toile en format 196 x 135. Blanc sur noir. C’est le début de son « projet de vie ». Prendre conscience de la durée de son existence en inscrivant sa vie dans l’art… à travers les chiffres. Depuis, chaque jour est compté en ajoutant 1 au dernier chiffre peint. Un geste presque scientifique ou bien un acte de folie ? De l’art conceptuel ? De l’art contemporain ? De l’art ? Il n’y a pas là une recherche esthétique, mais une quête existentielle. A travers l’expression artistique. Devant l’inquiétude de sa propre mort l’artiste cherche à visualiser par des nombres la finitude du temps humain pour atteindre à sa manière l’infini du temps (tout court).

« Pour appréhender le temps, il faut prendre la mort comme réelle dimension de la vie. L’existence de l’être n’est pas plénitude, mais un état où il manque quelque chose : l’être est défini par la mort qui lui manque. Mon concept est simple et complexe comme la vie, il évolue d’une naissance vers une mort. Art extrême, il me permet de vivre une extraordinaire aventure, il est émotion extrême de l’être. »

La suite des nombres est peinte à la peinture acrylique blanche, toujours avec un pinceau n° 0 sur un fond uni. Depuis 1972 l’artiste ajoute pour chaque nouveau tableau 1% de blanc dans le noir de manière que le gris du fond tende inévitablement vers le blanc.

« Le gris est le noir et le blanc. Il exprime l’unité du mouvement des couleurs. Il exclut le dualisme et manifeste le tout. Le gris est universel. (…) Mais le gris est neutre : je le remplis avec le vécu de ma vie. Le gris n’est pas une couleur symbolique, il est devenu pour moi celle du mouvement invisible. Sur ce fond gris, il y a ma vie : le contraire d’une couleur froide, indifférente ; il est la couleur de mon sacrifice pictural, étalé par la conduite du concept, son mouvement et son temps. Aux grands pôles, aux extrêmes du noir du premier Détail et du blanc sur blanc, le sfumato d’une existence : la couleur peut devenir mortellement émotionnelle. »

Mais un jour le blanc du fond se confondra au blanc des chiffres peints. Le blanc sur blanc : l’ultime étape du « monochrome », de l’invisibilité et de l’effacement ; « l’image du vieillard continuant à vivre une vie déjà achevée » ; la blancheur absolue de la mort symbolique. Dès sa naissance, donc, le projet contient sa fin alors que chaque tableau n’est qu’un Détail de l’infini du temps. A partir de la même année (1972), le peintre fait appel à la voix pour affronter l’invisible. Ainsi, dit-il à haute voix, en polonais, le nombre qu’il trace. Un récitatif exorcisant, impassible, qui accompagne toutes ses expositions. La photographie se révèle aussi un allié dans ce combat avec le temps… qui passe. La création de chaque tableau est suivie par une prise en image du visage du peintre, le visage qui porte la trace des chiffres.

Les toiles d’Opalka sont organisée par séries des nombres dont la couleur change, elle aussi. Du blanc à l’invisible et à nouveau du blanc à l’invisible et par-là, à l’infini. Car le pinceau du peintre se décharge petit à petit de la peinture et la couche devient de plus en plus transparente, créant de cette manière un effet visuel, mais qui n’est pas pour autant le résultat d’un souci esthétique. Cependant, chaque tableau est-il ainsi pris dans un rythme pictural qui transcrit l’effort même de vivre. Il dégage une esthétique de l’effort et visualise le temps humain. Toujours prêt à recommencer. Le rythme déborde le signe, les chiffres et les nombres, et crée à l’intérieur de la finitude de chaque toile un infini, pictural et humain. C’est pourquoi, l’expérience artistique de Roman Opalka ne succombe pas à l’effroi devant la finitude de la vie, mise en évidence par le signe. Enfin, au fond, le blanc sur blanc absolu, existe-t-il vraiment.



::: posted by Tranxenne at 9:47 AM (0) comments


Thursday, March 11, 2004 :::
 

Why must we stay where we don't belong?
because we never belong


Il est temps que je vous raconte les détails de l'altercation qui nous opposa, moi et ma mère, durant deux journées bien mouvementées. Comme je vous l'avait dit, je la soupçonnais gravement d'avoir balancé les douze grammes de beuh que j'avais planqué dans ma chambre pour mon retour d'hosto.

En attendant qu'elle rentre et pour me défouler un peu je jouais à Soul Calibur sur Ps2 en écoutant Rancid, ce qui calmerait un Viking sur le champ de bataille.


Les Vikings n'écoutaient Rancid qu'avec un quintal de cervoise glacée servie dans un crâne

Pourtant ça n'a pas suffit et quand j'ai entendu la porte d'entrée s'ouvrir, j'ai bondi sur mes béquilles et j'ai cavalé jusqu'au salon ou ma mère, l'air de rien, était son manteau


We need to talk

J'attaque direct:
- Tu n'aurais pas fait du rangement dans la chambre d'Antoine (la chambre que j'utilise en ce moment vu que la mienne est au 7eme NDLR) pendant mon absence?
- Non non pas du tout.
- Ah bon, et si tu l'avais fait, tu n'y aurais pas trouvé un gros paquet d'herbe par hasard?
- Non.

Arrgh.. Je m'y attendais. Elle nie tout. En bloc. Il va falloir la jouer fine:

- Qu'est-ce que tu as fait de ma beuh????
- Je l'ai jetée, j'avais dit que si j'en trouvais je jetterais tout.

Je me démonte pas:
- Bon tu me dois 80 Euros, j'aimerai les avoir ce soir.
- Il est hors de question que je te rembourse.
- Bon écoute maman je viens de lacher 1000 E de clinique, alors ça passera pas. C'est ma thune que j'ai gagnée en bossant, j'en fais ce que je veux, j'ai 23 ans je suis majeur et...
- Oui mais tant que tu vis sous notre toit tu fais ce qu'on te dit.

(Leur politique à eux c'est vous pouvez fumer ça, mais pas chez nous, vous aller dans la rue. Je me vois bien expliquer ça aux flics...)

Argument imparable, donc resservi à chaque fois. Vous connaissez sûrement ça aussi. Seulement là je suis grave énervé, je n'ai pas fumé pendant une semaine, pas que j'étais en manque mais je me disait qu'à ma sortie d'hosto j'aurais le plaisir de me rouler un bon gros spliff de weed et puis... non... tout tombe à l'eau... dans la cuvette des chiottes pour être précis.

J'insiste, le ton monte et je lache l'irréparable "t'es vraiment une grosse conne"


Boum, quand votre coeur fait boum

Elle me fout une gifle, forcément.
J'ai pas vraiment mal parce que je suis très remonté et que la morphine du matin doit encore faire effet (vive l'hôpital), alors j'en rajoute: "Tu peux m'en remettre une là, parce que j'ai rien senti"


La deuxième, elle commence à s'enerver là...

... Et moi aussi par la même occasion, alors plutôt que de lui en mettre une, je décide de la jouer Fight Club (enfin, "je décide", c'est relatif, c'était plutot instinctif) et je m'envoie deux trois gros pains dans la gueule en disant "tu vois c'est comme ça qu'il faut faire"


No comment

Choquée, ma mère bat en retraite et me laisse seul dans ma chambre. Fin du premier round.

Je décide de préparer un truc pour la deuxième mi-temps alors je me fais une crête à la tondeuse, juste histoire de la faire chier.

Effectivement lorsque, 2h plus tard, elle entre dans ma chambre, me croyant calmé et docile,elle marque un temps d'arrêt que je mets à profit pour lui sortir mon plus beau sourire (celui à la Tom Cruise). Comme je l'espérais, ma lèvre ré-éclate.

Elle ne perd pas contenance et me sort une banalité sur ma mutuelle qu'il faudrait que je rappelle... bref comme si rien ne s'était passé et que tout était pour le mieux.
Ma réponse fut brève: "je le ferai quand j'aurai mes 80 E."
Elle est sortie en claquant la porte.

Après ça on a joué à qui céderait en premier pendant deux jours, guerre d'usure ou, si vous préférez:


Dans ma tranchée, j'ai enfin la paix, lalalilalilala

Ca a duré deux jours durant lesquels on ne s'est pas vu et je me nourrissais de ce que mes frangins me ramenaient du frigo ou que j'allais leur faire acheter, plus bien sûr des petits bouts de shit que je fume la nuit en cachette à la fenêtre (avec ma jambe de bois c'est d'un pratique). Ils savaient qu'ils avaient tout à gagner à ce que je tienne bon.

Mais ça n'a pas tenu. Mon père est rentré d'Amsterdam (j'avais même proposé à ma mère de l'appeler pour lui dire de me ramener un 12), je me suis fait incendier et, même si j'ai tenté de lui expliquer la situation, je n'ai pas eu le dessus.

Bref, la vie a repris son cours tranquille, on fait semblant d'avoir oublié ce petit incident en se disant bonjour le matin, la seule chose c'est que j'ai le crâne rasé maintenant. Voilà.

Echec total et complet, à part que j'ai jamais gueué? aussi fort sur ma mère et que ça défoule. Ce fut d'ailleurs un des arguments massue de mon père: "si tu réagis comme ça c'est que tu es dépendant..." va répondre à ça


Oedipe quand tu nous tiens



::: posted by Tranxenne at 8:52 PM (0) comments


 

Sur l'internet, on trouve le numéro de portable d'agents secrets slovaques
AFP | 08.03.04 | 20h12


Les numéros de portable d'hommes politiques, d'agents des services secrets, de juges, de policiers et de chefs d'entreprise slovaques sont en libre accès depuis quelques jours sur un site internet. Les responsables des deux opérateurs de téléphones mobiles -Orange et EuroTel Bratislava- nient la responsabilité de cette fuite, mais les coordonnées d'environ trois millions de clients, datant de 2002, ont bel et bien été rendues publiques, selon le quotidien slovaque Sme. "Nos systèmes de sécurité sont régulièrement contrôlés. Nous pouvons donc rejeter avec toute probabilité qu'une fuite pareille provienne de notre société", a dit le porte-parole d'EuroTel Bratislava, Juraj Droba. Il y a plusieurs mois, les deux opérateurs ont dû fournir les données de leurs clients au ministère slovaque de l'Intérieur ainsi qu'aux services secrets slovaques. "Une enquête sur l'origine de la fuite des données a été ouverte. Rien ne laisse pour l'instant présager que la fuite provient du ministère", s'est défendu le porte-parole du ministère, Boris Azaltovic.


::: posted by Lapsus van de Zloot at 2:56 PM (0) comments


 

Activisme Culturel à Paris

Si vous n'en avez jamais entendu parler rendez vous sur le site http://dasleepart.free.fr, tenu par l'association Da Sleep Art.

Reprezent!

Ne voulant pas dire de conneries je vous paste l'article 2 des statuts de l'association :

Article 2
Cette association a pour but la production, la diffusion, le conseil et l’organisation de toute activité graphique, littéraire, musicale et audiovisuelle.

Ah! Et l'article 13 aussi, regissant l'ensemble de facon quasi mystique :

Article 13
La Sleepattitude est un concept inhérent aux membres de DA SLEEP ART.

En ce moment:


Exposition des oeuvres de ELE GORA

au Twin'z
101 rue Saint Maur, Paris 11, M° St Maur

---> Vernissage le 16 mars 2004, à partir de 19h30 <--- (je vous le conseille vous allez triper et rencontrer le grand Mit en personne. Rencontrer Mit c'est un peu comme rencontrer Chtulhu)

Tranx toi qui est constamment sur Paris et qui ecrit je te sens un minimum concerne !!

. . . . .. . . . .

Hell yeah !


Rencontrerez vous le celebre Dj Sly au cours d'une soiree Z ?

Association Da Sleep Art
11, rue du Regard
75006 PARIS



::: posted by Lapsus van de Zloot at 2:06 PM (0) comments


 

beep beep beep beep beep...

I slam my hand down on my alarm clock. Hard. It falls to the floor and I hear the distinctive sound of plastic being shattered on cold tiles, and my battery rolling on the floor. There goes my snoozing. Half an hour later, I'm grabbing the necessary gear... my luggage, my personal cellphone, another cellphone, an old pocket PC, my train tickets and a good book, and head for the station. Its fucking freezing outside, and I hate being cold. Hooray for global warming.

Paranoia rises as I enter the station, even though no one knows I exist, I'm just a statistic. No reason for me to be under investigation, I never did anything illegal. Ok so yeah, i smoke pot. Sue me.
Train to Amsterdam CS, 09.40. Check my watch, its 08.59. Why am I always so early...

Relaxing in the freezing hall of Paris Nord Station, while you're sitting on metallic mirror covered chairs is not easy. I watch the crowds around me. Business men, beggars sleeping on the floor, military guys with their huge backpacks, families with children crying cause its early, its freezing... I'd be crying also.
All of these people... I no longer consider them as ants, or robots. I know I'm one of them. We all are. Its all about perspective.

...

My coat is neatly folded next to me, its nice and warm, and im speeding at above 300km/hours. I grab my cellphone callingcard, with a single unit left, cash paid, and stick the chip in my nokia. A few days back I dialed the green number, clickety click heard the electronic answering machine answer. The voice mail server was online. "Welcome to Axa Insurrance's free customer service. For english, press 1, for french press..."

This makes me wonder if there's any way to install a wardialer in my cell's firmware... but i digress.

Back to my high speed train. Take out the PocketPC from my pocket and lay it neatly on the table infront of me. Set up my cellphone parallell to it. Boot up my lame WinCE and start the IR connection manager. Hello phone.

I hypercomm back to the voicemail machine and wait for the pong. Pong. Ah sweet user interface. Enter the model's default password, everything going smooth.

"Would you like something to eat sir?"

I'm startled and immediatly turn to see what gun the Corporate Emergency Response Team dude is holding to my head...
Ah no, its a Thalys chick.
"Fuck your hot..."
Did I just say that? According to her facial expression, I guess not...

"Sir?"
"Ah yes please..."

Thats the cool part of travelling first class. A gouda snack.

Back to my blinking cursor. Select PPP session. And here it is, I'm connected to the World Wide Web. Munching on my holland cheese sandwich I launch good old fashionned telnet to a shell I set up a few months back on a corporate MacOSX I "innadvertently" had access to. Ownage. From there I download my sweet TARs to my shell, compile my code and get ready for action...

Here comes the truly dangerous part.

I've been roaming the underground and patiently waiting for months now, in search of the newest webserver exploit that'll give me access. Yesterday one sploit caught my attention. The PWebServer version 0.3.3 suffers from a directory traversal attack that allows a remote attacker to access any file outside of the webroot. Thats when I decided to buy my train ticket.

PWebServer.
Yes. Thats exactly what I needed. Your archives are mine.

Script kiddying time: tars have been downloaded, and compiled. Launch it. My target is a major paper and online newspaper read worldwide.

>http://[majornewspaper]:6789/../../../../etc/passwd

etc etc...

And hear I am. Im in. No need to be stealthy now, speed is of the essence. I transfer my other proggies, including a Remote Administration Tool and a MetaFileBrowser.

Of course the temptation of scribbling some ereet socio-politico-phylosophical message on the web server index is gnawing at the back of my brain, but I resist. That, and I dont have access. Im on a mission. I'm gonna change history. Before I do that I need Admin. Easy enough... I locate the fake "Administrator" account. I smell honey. Better not touch that. Ah.. John Krykowski. Its him. I already visualize him, an eastern european immigrant fascinated with puters and the american dream. Now sys op for this newspaper, addicted to caffeine, divorced and 4inch thick glasses. Its you. But what are you running?
Back to my mac. Switch console, launch the scans. System profiling started. I'll give it 3 minutes max.

I sit back and relax, and stare out the window. The country side is speeding by, and I'm suddenly very tired. The stress gets to me pretty bad. Take a look around me. 3 rows down a young couple, in their 30ish, are talking softly. I dont even lend an ear, they're probably discussing their future house mortgage, or tonight's cocktail party or kids or what the fuck do i care...
Turn my head 170 degrees, ouch... A young chick is 4 rows down, very cute. Very hype though, reading Cosmopolitan. 2 rows down is an old and tired business man, wrinkles carved in deep, and a cheap suit.
Do I belong here? Yes. More than they do. I've just started my life run. Lets just hope I dont end up like that old man. Got to be smart. Dont be stupid. Dont try stupid hacks like I'm doing right now.

Windows NT 4.0. SP6.
You got to be fucking kidding me. Need an http connection, fire up linx, straight to a random exploit archive, search for B. Found it. NT 4.0 VLogin Admin Remote Buffer Overflow Attack.
My fingers are trembling, need to focus. Stay cool. Dont look around you. Downloaded. Compiling...

Executing.
Password prompt just crashed. I'm in. Admin rights. I look up to the roof, and say "Halleluia".

What the fuck is the Thalys chick doing here? It's like she appears out of thin air...
"Is everything to your liking sir?"

"Blow me..." Ah no, as usual: "Yes everything is fine thank you."

Here I am. No time to think. Need to act. I launch the metabrowser. Simple enough program. It's going to switch 2 words in each article it finds, containing words such as "USA, 2000 election, Bush, Gore, Survey, winner, lead, votes, looses..."
In all the articles that correspond to the complex criterias I set up after viewing hundreds and hundreds of archive pages on all major Inet DBs, my proggy code named "Revisionism" is gonna switch "Bush" with "Gore".
And here it goes...

I stick around another 60seconds to see if all is in order. Hell, I'll stick around another 5min.
Longest 5 minutes in my life, but everything is working fine. Check my watch, its 10.23, wich means its 04.23 at my target's location. M. Krykowski is probably still in bed, dreaming of I dont know what. What do guys like him dream of anyway? His home country? Patatoes? Vodka?

I've estimated the modification of archives to take 4 hours max. He wont be in his office until 9ish. Yes I'm sure, I've called many times in the past. Thank you redbox. Everything is on schedule. Still have a hard time believing it.

I shut down the connection to my shell, and hangup hypercomm. Flash. It's like my soul's suddenly sucked back into my body. Look around, I'm in the train. Look forward, and I see the yuppie couple, look back see the tired old corporate man and the cute chick. Look down the hall and enjoy a wonderful view of Thalys Girl's behind.

I'm sweating. I need to chill. I still have a few hours ahead of me before I reach 'Dam, but I'm too hyper to sleep, or read or do anything that demands an attention spane of more than 5 seconds.

Bah, this is going to be expensive but what the fuck. I get up, walk down the aisle, hello Thalys Girl, and head to the bar, by some liquor. Quite a bit of it. Dont really remember.

Grab my personal cellphone, hook it up to my PocketPC, connect. Schling Schling I can feel the cash being sucked off my bank account, not that I care. Im online, legally, and connect to my desktop. Launch IRC. Usual server. /j #Usualchan.
#eSM has joined #Usualchan
oi oi
arriving in a few hours, get ready to partyyyy

This is my second home.


::: posted by Esamurai at 1:41 PM (0) comments


Wednesday, March 10, 2004 :::
 

# KultureZik #


-=[Chaos A.D. Sepultura 1993]=-

WAR FOR TERRITORY !

Labels:



::: posted by Lapsus van de Zloot at 11:51 PM (0) comments


 

Instinct



Comme tout gamin a l'epoque, j'ai ete degoute de ne pas trouver ce gros canon dans la boite de jeu...



Ya toujours un petit malin pour s'approprier l'oceanie tres rapidement.

Suggestion de musique pour agrementer une partie : War for Territory de Sepultura.



::: posted by Lapsus van de Zloot at 9:41 PM (0) comments


 

Un cantique pour Leibowitz - Walter Michael MILLER



Un monde post atomique qui sent un brin Fallout, des moines qui sauvegardent le savoir mais qui n'y connaissent rien en technologie. tripant. prix Hugo en 1961 (et ouais ca a ete ecrit avant la detente de la crise des missiles de Cuba).

Labels:



::: posted by Lapsus van de Zloot at 5:58 PM (0) comments


Tuesday, March 09, 2004 :::
 

Chantons gaiement !

** KARAOKE OUAAAAAAAAAIIIISSSSS GRRRRRR **


::: posted by Lapsus van de Zloot at 7:49 PM (0) comments


 

!!!!!....DA WALL GOES UNDERGROUND....!!!!!


La RATP offre des panneaux publicitaires à l'expression des anti-pubs
PARIS (AFP), à 17:16 (07/03)

La RATP a décidé d'ouvrir à partir de mardi et jusqu'au 18 mars plusieurs emplacements publicitaires du métro parisien à la "liberté d'expression" pour répondre à l'action des anti-pubs.

Cette initiative sera présentée par la régie lundi à 10h30 à la station Liberté, rebaptisée pour l'occasion "Liberté d'expression". Cette station de la ligne 8 offrira sur les quais l'intégralité de ses 24 espaces publicitaires à l'expression des personnes intéressées.

Au total, 47 emplacements publicitaires seront ouverts à la "liberté d'expression" dans 24 stations.

L'offre faite par la RATP est d'utiliser ces espaces vierges pour s'exprimer mais "en évitant tout propos injurieux ou discriminatoire". "Oui à la liberté d'expression, non à la dégradation", tel est le sens de la démarche, selon la RATP.

La Régie a affirmé que la publicité est une source de revenus qui lui permet, à titre d'exemple, d'acquérir 300 nouveaux bus par an.

La société Metrobus, concessionnaire des espaces publicitaires de la RATP depuis 1949, a expliqué dans un communiqué séparé avoir accepté de mettre ses panneaux à la disposition de la Régie.

A plusieurs reprises depuis quelques mois, des actions anti-publicité ont été organisées à Paris par des militants publiphobes, dans les rues de la capitale et dans des stations de métro.

Certaines actions ont rassemblé plusieurs centaines de personnes qui ont maculé de peinture les affiches du métro avec des slogans du type "la pub tue" ou "la pub nuit à votre santé".






::: posted by Kaviar at 12:12 PM (0) comments


 

Is your attention span 10 to 20 seconds?
If so, you take way to many drugs.

ça fais peur quand meme que j'arrive pas a lire un article de plus d'une page...


::: posted by Esamurai at 12:10 PM (0) comments


 

High-Tech Heroin
Richard Forno
09-12-03

(c) 2003 by Author. All Rights Reserved.
Permission granted to redistribute this article in its entirety with credit to author.

Dostoevsky once wrote that "in the end they will lay their freedom at our feet and say to us, 'Make us your slaves, but feed us.'" His prophecy is relevant when examining the modern Information Age -- a dark, corporate-controlled society predicted by such artistic legends as Bruce Sterling, George Lucas, Ridley Scott, and William Gibson – and is the focus of this article.

We want to be part of this information environment and feel more empowered with each new gadget, service, or digital connection in our lives. The concept of "information everywhere" provides instant gratification to satisfy our needs for books, music, porn, and digital interaction with others through web searches, e-commerce, wireless, instant messaging, e-mail, and streaming content over broadband. High-speed links enable organizations to operate around the world at light speed and conduct business on a twenty-four hour clock. The sun never sets in the Information Age; we are always plugged into the global matrix of the information domain. We're addicted to it and constantly awash in a sea of electronic stimuli.

Yet as we rush to embrace the latest and greatest gadgetry or high-tech service and satisfy our techno-craving, we become further dependent on these products and their manufacturers – so dependent that when something breaks, crashes, or is attacked, our ability to function is reduced or eliminated. Given the frequent problems associated with the Information Age - losing internet connections, breaking personal digital assistants, malicious software incidents, or suffering any number of recurring problems with software or hardware products, we should take a minute to consider whether we're really more or less independent - or empowered - today than we think, knowing that how we act during such stressful periods is similar to a heroin junkie's actions during withdrawal.

Technology, like gambling and heroin, is addictive. We're driven or forced into buying new gadgets and constantly upgrading our technology for any number of reasons, both real and perceived, and feel uncomfortable without our latest "fix." Corporations love this because once we accept and begin using their products or services, the dependency is formed and they essentially own our information – and subsequently, society and us. Their proprietary lock on our collective information means they can force us to spend money and upgrade on their schedule and not when we truly need - or can afford - to do so, regardless of whether or not we need the latest features, and regardless of the consequences that may haunt us down the road.

But unlike many other industries from the Industrial Age and the heroin dealers, high-tech corporations are in a unique position to determine - and force - us addicts to spend money while relinquishing our rights to seek recourse for damages arising from their faulty products no matter what pain we must endure during our period of indentured servitude and addiction to their problematic technologies. In some cases, particularly in mainstream operating systems, software, and internet-based services, it's one step short of blackmail. We all certainly can't go cold turkey very easily, although some may try and succeed.

To make things worse, government practically has outsourced the oversight and definition of technology-based expression and community interaction to for-profit corporations and secretive industry-specific cartels (e.g., the MPAA, RIAA, SIA, BSA, ICANN) who have wasted no time in rewriting the rules for how they want our information-based society to operate according to their interests, not ours. At times, you might even say we've voluntarily imprisoned ourselves under the control of profit-seeking wardens who have little if any real oversight or accountability for their actions. Our high-tech heroin dealers are not only promoting and profiting from their product but developing the laws and methods to govern and regulate its use while protecting themselves from any negative side-effects and ensuring their revenue stream.

Whether it is our ability to share available creative products according to existing laws, bring to market new creative works, establish an identity in cyberspace, or otherwise exchange digital information, these groups - with well-funded (read: purchased) government approval - have declared themselves the overlords of their industry-specific fiefdoms that comprise the Information Age. Each industry and vendor wants to assert their proprietary technical and legal authority over who does what, when, how, and under what conditions with their products and services, even if their profiteering desires are incompatible with our law-abiding ones. And if their efforts to maintain law and order according to their proprietary technical standards or legal trickery fail, they can always turn things over to the federal government for action as a backup plan.

Combining these perverts of profit with the fickle, often-ignorant nature of our elected lawmakers has produced an Information Age where the rights and abilities of the individual don't matter. Neither does facilitating society's evolution by allowing it to take maximum advantage of technology's capabilities for its collective benefit. Or reality. Today, what matters is only how much money and freedom people are willing (or forced) to pay (or sacrifice) to their corporate masters for the privilege of living within the various information-based fiefdoms provided for them to generate revenue.

The Information Age will not be remembered by the fun, high-flying and overwhelmingly feel-good Dot Com days despite the ongoing presence of Dot Com-developed technologies. Rather, the Information Age will be remembered as a period when 12-year old girls from New York slums, senior citizens, and innovative college students are harrassed by greedy cartels seeking to scare their future customers into submission; when the profit goals of high-tech vendors determine how client businesses and people are organized and interact; when everyone is presumed a potential criminal until proven otherwise according to oppressive industry-defined criteria; when a once-awesome revolution in global communications became converted into a cesspool of unsolicited and offensive marketing messages; when knowing how to do something that's illegal is just as illegal as actually doing something that's illegal; when the legal protections over freedom of speech are trumped to preserve corporate secrets or marketshare while hiding vulnerabilities that endanger the public; when our lives are monitored and dissected by marketing firms looking for the best way to sell us things we don't need or want; and when technology's promise and alluring capabilities are used to surreptitiously entrap and willingly imprison members of the information-age society instead of truly empowering them.

Dostoevsky was way ahead of his time.

# # # #
Richard Forno is a security technologist and author of "Weapons of Mass Delusion: America's Real National Emergency." His home in cyberspace is at http://www.infowarrior.org/.


::: posted by Esamurai at 12:09 PM (0) comments


 

Annonce

Le cafard cosmique est un fanzine sf sur le web, et organise un 'concours' de nouvelle, les meilleures (ou toutes je c plus trop) atterriront dans un recueil , et ca se passe la :

http://www.cafardcosmique.com/phpBB2/viewtopic.php?t=564 / sur le site cafardcosmique.com donc.



::: posted by Lapsus van de Zloot at 12:51 AM (0) comments




Powered by Blogger